Partner im RedaktionsNetzwerk Deutschland
Página inicialPodcastsMúsica
RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

Podcast RFI - Musiques du monde
Podcast RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

juntar

Episódios Disponíveis

5 de 24
  • #SessionLive x 2 avec Julia Sarr et Carolina Katún
    Julia Sarr, 1ère invitée de la #SessionLive pour la sortie de l’album Njaboot.  C’est toujours avec autant de singularité et d’élégance, que Julia Sarr chemine à travers son époque et poursuit sa quête d’un chant Wolof décomplexé de tous les ancrages de la tradition. Dans ce nouvel album Njaboot composé avec le talentueux pianiste et producteur Fred Soul, la voix mezzo-soprano de Julia offre ce souffle intense de la soul des griots, hors des tiroirs identitaires. Elle puise toute sa sensibilité dans ses racines, moment de délicatesse où l’Afrique rencontre le Jazz.  Julia ne se lassera pas de chanter l’amour, la foi, l’immigration, l’enfance, mais aussi le thème sociétal du mariage forcé ou du père manquant «Yéné, Nobel bi, Jaya, Doynawar, Laamin, Njaboot…» Ses chansons ont une empreinte de liberté et de poésie, comme des trésors à découvrir.   Titres interprétés au Grand studio - Yéné Live RFI - Doynawar, extrait de l’album Njaboot - Jaya Live RFI.   Line up : Julia Sarr, chant, Fred Soul, piano. Son : Benoît Letirant, Mathias Taylor. ► album Njaboot (Barkhane/No Format 2023).   Puis nous recevons Carolina Katún #SessionLive pour la sortie de Ritmos de tu Ser. Révélée en 2018 avec un premier album Al Silencio, salué par la critique, la chanteuse mexicano-suisse Carolina Katún est de retour avec un nouvel opus. Accompagnée de Pierre Perchaud à la guitare, Laura Caronni au violoncelle et Arthur Alard aux percussions, la voix profonde de Carolina Katún se met au service d’un répertoire explorant un univers à la fois poétique et poignant, mais aussi engagé à travers des compositions puissantes et délicates. Atypique, nomade, tantôt lyrique ou minimaliste, Carolina Katún déploie ses mélodies sur des arrangements subtils et des textes profonds. Fruit de compositions dont les textes évoquent notamment l’acceptation des diversités de genre, l’humanisme et la prise de conscience des enjeux écologiques, cet album sortira chez Jazzland, le label de Bugge Wesseltoft. Si «Padre mujer» évoque avec intensité et finesse la question de l’identité de genre (en témoigne le clip touchant réalisé par Thibaut Ponce), l’album tire son nom du morceau «Ritmos de tu ser», qui commence avec ces paroles: «Alarga tu silencio, hasta que maduren, ritmos de tu ser», que l'on pourrait traduire par «élargis ton silence jusqu’à ce que mûrissent les rythmes de ton être». Cette invitation à accueillir le vide en nous, afin d’y rencontrer notre intériorité profonde, trouve un écho dans la manière dont Carolina Katún sait épurer sa musique et la laisser respirer, en contraste avec un monde en perpétuelle agitation dans lequel il est devenu parfois difficile de se laisser porter par le silence. «Quien sabe» aborde avec une tendresse mélancolique notre déni face au sort qui semble attendre notre planète nourricière. « Qui sait quand nous prendrons soin de la Terre comme il se doit ? » Sans jugement, Carolina Katún interroge cet avenir incertain où nos enfants devront évoluer dans une nature bouleversée. Et si l’une des réponses était d’écouter cette voix en nous qui nous fait comprendre que nous appartenons à quelque chose de bien plus vaste que notre simple individualité ? Mêlant à merveille les sonorités latino-américaines aux couleurs du jazz, Carolina Katún souhaite aborder ici avec douceur des sujets qui lui tiennent à cœur, toujours avec sa touche unique, teintée de poésie. À l’image des paysages montagneux de la pochette, cet album nous offre des opportunités d’ouvrir des espaces en nous, de plonger dans nos silences et de trouver des liens entre nous et l’immensité. ​​​​​​​ Titres interprétés au Grand studio - Padre Mujer Live RFI voir la vidéo  - Moreno de mi corazón, extrait de l’album Ritmos de tu Ser - Nage Live RFI.   Line Up : Carolina Katún, chant, Pierre Perchaud et Romain Salmon, guitares, Laura Caronni, violoncelle et chant, Arthur Alard, batterie. Son : Benoît Letirant, Mathias Taylor. ► album Ritmos de tu ser (Jazzland 2022).
    1/29/2023
    48:30
  • Playlist de Sophian Fanen, Pedro Bacan et le clan des Pinini raconté par François Picard
    Chaque mois, le critique musical du site Les Jours sélectionne 5 nouveautés, voici sa playlist de janvier. - Yinka Bernie, Who Do You Call, tiré de l'album «Something New» (Onaduja Yinka, 2022) - Derya Yıldırım & Grup Şimşek, Bal, tiré de l'album «Dost 2» (Bongo Joe, 2022) - Rocío Márquez, Bronquio & 41V1L, De Mi - Rumba, tiré de l'album «Tercer Cielo» (Universal Music Spain, 2022) - Little Simz, Broken, tiré de l'album «No Thank You» (Forever Living Originals, 2022) - Ali Farka Touré, Safari, tiré de l'album «Voyageur» (World Circuit, 2023).   Puis nous recevons le musicien et ethnomusicologue François Picard pour la sortie du coffret Pedro Bacan et le clan des Pinini Remate.  Dans l’art flamenco, on peut rematar. Le remate est une partie particulièrement dynamique du baile (danse), du toque (jeu de guitare) ou du cante (chant). Le remate sert à conclure un moment d’expression artistique par un effet démultiplié : augmentation du rythme, de l’intensité, climax avant une fin, avant le silence. En 1996, Pedro Bacán est au sommet de son art. Il est une figure majeure et singulière de la guitare flamenca, un véritable penseur de cet art musical et de la culture gitano-andalouse, dont il est l’héritier. Perfectionniste, chercheur, il devient une sorte de mémoire fiable et novatrice du flamenco. « J’ai en tête cette grande maison. Pleine de musique, dominée par la personnalité́ de ma grand-mère, où, à tout moment, on pouvait se réunir sans qu’il y ait d’autre prétexte que le besoin d’être ensemble et de chanter ». Avec quelques artistes de sa famille, Les Pinini, il entreprend de faire passer son expérience d’un flamenco intimiste du cénacle familial aux plus grands lieux de spectacle, de mettre en scène la convivialité intime des reuniones flamencas, et partager avec le public une expérience qui va bien au-delà de la musique. Il conçoit des concerts qui sont aussi le spectacle d’un mode de vie. Au centre, sa guitare fluide, brûlante, visionnaire. Sa quête de la communion sincère, sa traque de l’émotion métaphysique lui font éviter tous les pièges du folklorisme. Le concert-spectacle créé en 1994, Pedro Bacán et le clan des Pinini, rencontre un intense succès sur les scènes du monde entier. La rencontre avec le label Pee Wee Music a lieu à l’Auditorium des Halles de Paris, lors de trois concerts restés mémorables en novembre 1995. Nous gardons le souvenir ému de moments de travail et de partage particulièrement intenses. Rarement il nous avait été donné de côtoyer une telle recherche de la perfection sonore, de l’exacte justesse à trouver pour chaque vibration produite par la guitare. Plus tard, sa sœur Inès résumera magistralement la chose en disant : « Il avait une oreille comme une cathédrale ». Cette exigence nous avait absorbés une après-midi entière avant la première représentation et fait naître une merveilleuse connivence, une amitié en musique fulgurante. Pedro Bacán décide alors de confier à Pee Wee Music la réalisation d’un témoignage discographique de son spectacle et propose à notre jeune label la création d’un département flamenco. Grâce à l’engagement d’Ariel Goldenberg, alors directeur de la MC 93, grâce à la bienveillance de Frédéric Deval, directeur artistique pour le label Auvidis, label chez qui Pedro Bacán avait signé son plus récent album De Viva Voz, rendez-vous est pris pour l’enregistrement live des trois représentations en mai 1996 dans la grande salle de Bobigny. Le CD original, issu de ces représentations renferme la science, l’émotion, la beauté, la quintessence de l’art musical de Pedro Bacán au plus fort de son intensité. Il est immédiatement salué par la critique et rencontre un très remarquable succès auprès du public. En janvier 1997, à la veille d’une série de concerts, prévus pour la sortie de l’album à la MC 93, le guitariste trouve accidentellement la mort sur la route allant de Séville à son village natal de Lebrija. 25 ans après, il nous a semblé essentiel de rendre notre hommage au génie de Bacán et aux mystères de sa musique. Avec Carole Fierz, déjà partie prenante dans la réalisation du CD original, nous avons conçu cette nouvelle édition avec l’idée d’offrir des points de vue et d’écoute inédits, pour tenter de rendre compte d’une aventure musicale et humaine singulière et marquante. L’édition limitée et de luxe «Remate» est composée de l’album original remasterisé, «Pedro Bacán et le clan des Pinini - live à Bobigny», Grand Prix de l’Académie Charles Cros en 1997, et d’un nouvel album inédit consacré à Bacán en solo. On y découvre notamment une phénoménale buleria, retrouvée dans les rushes des concerts de Bobigny. Une somptueuse série de photographies en noir et blanc (tirages argentiques), dues au talent de Philippe Fresco et prises lors d’un concert à l’Auditorium des Halles de Paris, ouvre un livret trilingue de 84 pages. On y croise les mots et les réflexions de l’artiste, une entrevue magistrale et délicate menée par Francis Marmande, fervent admirateur de la première heure, et un texte signé de Pedro G. Romero, artiste «indiscipliné», plasticien, chercheur, grand connaisseur du champ de la production esthétique du flamenco. Il y aborde la spécificité de l’expérience et de la vision de Bacán dans l’évolution de cette tradition musicale, maillon d’une histoire beaucoup plus vaste. - album Remate (PeeWee 2022).   Pour aller plus loin - Pedro Soler, Inès Bacan et Gaspar Claus à RFI dans la #SessionLive en 2017  - Documentaire Inès, Ma Soeur par Caroline Fierz  - Caroline Fierz  - Pedro Bacan.    
    1/28/2023
    48:30
  • #SessionLive entre Shakespearience et Chamanisme avec Senem Diyici et Mario Lucio
    #SessionLive spéciale festival Au Fil Des Voix avec Senem Diyici (Turquie), Mario Lucio (Cap Vert) et Willy Robert (France et directeur du festival) pour la 16ème édition du 24 janvier au 11 février 2023 à Paris. Le 1er invité de la #SessionLive est Mario Lucio. Cet ancien avocat, député, ministre de la Culture, chantre de la créolité cap-verdien a monté un des groupes-phares de l’archipel Simentera. Après une pause musicale, il revient avec l’album Migrants (Shakespearience). Il sera accompagné par Willy Robert, directeur de la 16ème édition du festival Au Fil des Voix. Migrants La saga de l'humanité a commencé, il y a 65 000 ans, avec les premières migrations. Migrer est donc synonyme d'humanité. Nous venons tous du même point de départ. Cette épopée fantastique a formé ce que nous sommes aujourd’hui : des gens de différentes couleurs et caractéristiques habitant cette planète. Pourtant aujourd'hui, la migration, pour beaucoup, est synonyme de drame. Migrants est le titre du nouvel album de Mario Lucio, un album à résonner au cœur de l'humanité, car il chante la beauté du parcours humain et chante la tristesse de ceux qui fuient la guerre, la persécution, la faim, la misère. Il fait appel à notre humanisme et rend hommage à ceux qui ont perdu la vie en tentant de traverser les mers et les terres au fil des siècles. Cet album, le dixième de la carrière de l'artiste (depuis ses débuts avec Simentera jusqu’à Funanight sorti en 2019) est en soi un geste de migration, de rencontres. C'est la première œuvre discographique dont Mario Lucio, auteur/compositeur, confie les arrangements et la production musicale à un Européen, en l'occurrence le Portugais Rui Ferreira, musicien multi-instrumentiste de Porto. « Dans cet album, je voulais que mon âme soit lue par l'autre », dit Mario Lucio. La notion de métissage, de dialogue, d'harmonie entre les cultures est la devise de cet ouvrage, brisant les notions de frontières, de barrières linguistiques, de couleur, de religion ou de nation. C'est aussi l'album le plus universel, bien qu'il ait enregistré avec des artistes tels que Milton Nascimento, Harry Belafonte, Pablo Milanes, Gilberto Gil, Cesaria Évora, Mayra Andrade, Toumani Diabate, Teresa Salgueiro, car dans ce travail Mario Lucio apporte de nouvelles sonorités à la musique du Cap-Vert, en gardant toujours son âme. « Cet album porte tout le Cap-Vert et l'Afrique, mais dialogue avec toutes les esthétiques musicales que les migrations ont rendues possibles », dit-il. Mario Lucio avait pris quelques années de pause dans sa carrière musicale quand il est devenu ministre de la Culture du Cap-Vert. Aujourd’hui, il revient avec un album aussi universel que personnel. Il raconte son enfance à Tarrafal, ses voyages, sa pratique du bouddhisme et de la religion yoruba, ses réflexions sur la créolisation. Ses chansons racontent des expériences, des éclats, des aveux, des croyances, mais aussi partagent l’espoir, l’amitié. Avec Migrants, le Bob Dylan de la musique capverdienne, comme on l'appelle parfois, (ou Chico Buarque, pour d'autres) révèle tout son talent de poète et de compositeur.   Titres interprétés au Grand studio - Ami Live RFI voir RFI Vidéos - Migrants voir le clip  - Tao voir RFI Vidéos.   Line Up : Mario Lucio, guitare-voix Son : Jérémie Besset et Mathias Taylor. ► Album Migrants (MDC 2022).   Puis nous recevons l’artiste turque Senem Diyici pour la sortie du nouvel album Nara. C’est une voix unique qui perce le vent et les flammes. Cela faisait dix ans que Senem Diyici n’avait pas sorti d’album, depuis Dila Dila. Après une carrière foisonnante en France et des tournées à travers le monde, cette musicienne shamane, qui chante et enchante comme personne les ressources mélodiques de sa Turquie natale, revient avec un album envoûtant très personnel, pensé comme un ensemble de messages d’une femme au monde. Nara Nara, en turc, c’est le cri et le feu. Un mot jailli à l’unisson du coeur battant de la femme Senem Diyici. Composé pendant la pandémie, entre Izmir et Istanbul, ce nouvel album s’enracine dans une terre de cultures millénaires et tisse le fil d’une histoire dont la musicienne est la conteuse. C’est d’ailleurs la signification de son nom : «Diyici», qui dit, qui raconte. Elle y chante la vie, celle des hommes et des femmes, la sienne, son enfance, ses émotions, ses passions, ses combats comme son amour pour cette terre de paradoxes, la nature tout entière, l’univers. À la fin des années 1980, avec son premier album, Takalar, elle est devenue l’une des voix les plus singulières de la World Music en réalisant aux côtés de jazzmen français une fusion du jazz rock et de la musique traditionnelle turque des plus originale, qu’elle a popularisée dans ses albums et les 60 concerts donnés par an au plus fort de son activité, jusque dans les villages, chez les gens, dans plus de 30 pays.   Explication des 3 titres que vous écouterez dans cette émission : - BIR TUHAFLIK OLUYOR BANA / UN SENTIMENT ÉTRANGE : Chaque fois que je pense à mon enfance, ses bons et ses mauvais moments, je me revois avec ma jupe rose, mes chaussures rouges et noires, mes chaussettes blanches, le jardin de la maison familiale avec ses oliviers, ses mûriers, ses citronniers. L’hiver, l’été, c’était magnifique. J’ai voulu retrouver les sentiments de mon enfance, comme si je me revoyais enfant dans un miroir. - OLMAYA GELDIM / JE SUIS VENUE POUR ÊTRE : Je parle d’une femme qui accepte enfin d’être elle-même, avec l’amour indispensable pour soi-même, qui a fait ses choix, et qui s’adresse aussi au divin, à une puissance divine. Je ne suis pas religieuse, mais je suis croyante. Nous sommes dans ce monde pour aimer et honorer la vie. - RUHUN DANSI / LA DANSE DE L’ÂME : Je suis une shamane, je raconte ici comment on peut se libérer de ce qui pèse sur nous, ce qui nous enchaîne au passé, de la prison de nos soucis, de nos remords, de nos peurs. Et la mer, l’eau, nous aident à nous en libérer. Toujours aussi, il y a cette femme qui se révolte, crie et danse, elle montre le chemin.   Titres interprétés au Grand studio - Bir Tuhaflik Oluyor Bana Live RFI voir RFI  - Olmaya Geldim, extrait de l’album Nara - Ruhun Dansi Live RFI voir RFI Vidéos.   Line Up : Senem Diyici / voix, guimbarde et petites percussions ; Hamza Touré / saxophones ; Marius Gerin / basse ; Gabriel Gosse / guitare électrique. Son : Jérémie Besset et Mathias Taylor. ► Album Nara (Art District Music / Socadisc 2023).
    1/22/2023
    48:30
  • D’Apollinaire à l’Afrobeat avec John Greaves et Roforofo Jazz
    La #SessionLive reçoit les 7 de Roforofo Jaaz, biberonnés à l’afrobeat de Fela (ils ont joué au Shrine à Lagos en 2019, donc adoubés par la famille Kuti) et entretien avec le compositeur anglais John Greaves qui met Apollinaire en musique. Notre 1er invité est l’artiste britannique John Greaves qui adore les poètes français. Après avoir consacré 3 albums à Verlaine, il met Apollinaire en musique dans Zones. «L’art doit avoir pour fondement la sincérité de l’émotion et la spontanéité de l’expression : l’une et l’autre sont en relation directe avec la vie qu’elles s’efforcent de magnifier esthétiquement. », disait Apollinaire. Ce propos si juste, illustre à point nommé le projet de ce nouvel album poético-musical produit par Radio France, qui a confié au compositeur John Greaves le soin de mettre en musique quelques fragments de la poésie de Guillaume Apollinaire provenant du recueil Alcools. Le compositeur qui met en musique un texte poétique, est dans une position délicate, celle d’un créateur à part entière qui tisse son monde adossé à la création d’un autre ; visiblement, cette posture stimulante sied à John Greaves qui s’est par le passé acquitté d’un travail similaire autour des mots de Paul Verlaine («Verlaine Gisant» collection Signature Radio France, 2015) une symbiose entre les mots d’Apollinaire et le monde musical de John Greaves qui aurait enchanté le poète, ayant pour habitude de concevoir ses poèmes en y accolant des mélodies de comptines, procédé que son ami Max Jacob appelait «sa petite musique». À cette célébration poétique et musicale, John Greaves convie ses complices de longue date : Jeanne Added, Himiko Paganotti, Olivier Mellano, Vincent Courtois, Sylvain Lemaitre, Bertrand Belin et Laurent Valero.   Titres joués - Fête Feat. Jeanne Added - Zone 2 Feat. Bertrand Belin - Nuit Rhénane - La Loreley Feat. Himiko Paganotti. ► Album Zones (Signature/OutHere Music 2022).   Puis nous recevons le groupe d’afrobeat parisien Roforofo Jazz dans la #SessionLive. Roforofo. Soit «boueux» en Yoruba. Après plus d’une quinzaine d’années à entailler l’afrobeat des Frères Smith de ses coups de guitare, Martin Smith aka Elvis Martinez a remué sédiments et limons musicaux dans un marécage de radicalité hip-hop, de groove funk, de puissance afro, de liberté jazz avec un goût prononcé pour les mélanges aventureux. Roforofo Jazz n’est boueux que parce qu’il s’agite, pas parce qu’il stagne. Fixés dans la cire ou développés sur scène, les sept musiciens ne connaissent qu’un seul et unique canal d’expression : le live, ce moment d’alchimie entre eux, cette connexion par le groove. Au sujet du nouvel album Running The Way. Mettant l’auditeur immédiatement dans le ton de sa furie afro jazz rap atypique, Love In Time et sa rythmique tranchante en appellent à la puissance de la musique, en un morceau ultra-énergétique flirtant toutefois avec le jazz via des envolées de clavier bien senties. Side To Side est un réarrangement d’un morceau de l’artiste togolaise Bella Bello et de Manu Dibango, lorgnant pourtant vers la Motown et qui résonne tel un hymne à la vie et aux directions à prendre pour contrer la négativité de nos sociétés modernes. Puis sur Stand Up dans un style plus deepfunk US à la manière de Breakestra ou The Greyboy Allstars, MC Days (aka RacecaR) enchaîne entre flows rapide et downtempo dans une injonction à tous nous battre pour ce en quoi nous croyons. Un morceau épique conclu par un clin d’œil au maître Hendrix… Gas ponctue la face A par une légère mais salvatrice accalmie rythmique, s’approchant davantage d’une ambiance nu-soul et ponctuée d’un refrain explosif où rap, rock et jazz s’entrechoquent, tendant à prouver comme le scande Days qu’en étant plus réalistes nos différences ne peuvent que s’estomper… Le titre Shawarma n’a rien à voir avec un sandwich grec, quoique…! La vie se déplie comme un menu, dans lequel tout n’est pas toujours à notre goût mais qui nous apprend à accepter les mélanges et combinaisons judicieuses et juteuses. En résulte un morceau à la touche orientale, presque ethio, un rythme qui colle parfaitement au flow hip-hop et au style Roforofo Jazz. The Big Hustle est un OVNI. Articulé autour d’une boucle de 20 mesures qui lui donne une énergie communicative, ponctué d’une ligne de basse rappelant le Colonial Mentality de Fela Kuti, ce titre sonne comme une autoroute pour danseurs breakbeat effrénés ; épique ! From Here To Benin nous ramène un peu aux origines afro inspirées du groupe, tout en y injectant une légère dose de pop bien sentie. Un morceau qui encourage au voyage pour apprendre à partager, universellement. Et enfin Mode For DD, reprise du titre instrumental de l’obscure jazz funk de The Awakening, agrémentée de la voix de Days racontant le sens de la vie et ses mystères, nos croyances et certitudes, en tant qu’êtres humains aussi bien qu’en tant qu’artistes.   Titres interprétés - Love in Time Live RFI + voir vidéo RFI  - Fire Eater, extrait de l’EP Fire Eater voir le clip  - Side To Side Live RFI + voir vidéo RFI.  Line Up : Days aka Racecar, voix ; Fabien Sautet, batterie ; Gregory Hector, basse ; Martin Smith, guitare ; Benjamin Des Gachons, clavier ; Laurent Dumont, saxophone baryton / flûte ; Gaël Fajeau, trompette. Son : Benoît Letirant et Jérémie Besset. ► Album Running The Way / Ep Fire Eater (Office Home Rds / The Pusher 2023).   Roforofo Jazz sera à l’affiche de la 16è édition du festival Au Fil des Voix, le 27 janvier 2023, au 360 Music Factory, Paris.
    1/21/2023
    48:30
  • Sona Jobarteh, Ablaye Cissoko & Cyrille Brotto sont dans la #SessionLive
    La kora est à l’honneur dans la #SessionLive avec Sona Jobarteh (GB/Gambie) et Ablaye Cissoko (Sénégal). Kora Virtuoso | Singer | Composer | Educator | Activist : voilà ce qui est écrit sur le site de Sona Jobarteh, et c’est la vérité. Sona Jobareth est née en 1983 à Londres (Grande-Bretagne) dans une famille de griots (par le père). auteure-compositrice, chanteuse et multi-instrumentiste (guitare, violoncelle, piano, clavecin, et kora), Sona Jobarteh est l’une des rares femmes à être joueuse de kora professionnelle née dans une famille de griots, aka Sona Jobarteh. Après avoir découvert la musique avec son frère aîné, l’artiste anglo-gambienne demande à son père, Sanjally Jobarteh (cousin germain de Toumani Diabaté), de lui enseigner l’art de la kora et les secrets de la musique mandingue. Ce qu’il a accepté à condition qu’elle trouve sa voie, pour éviter les commentaires du type «Elle joue bien de la kora, pour une femme…». En parallèle de ses activités musicales, Sona Jobarteh a fondé une école en Gambie «The Gambia Academy» et nous parlera de ses idées sur l’éducation en Afrique. Elle a fait ses études au Royal College of Music à Kensington (violoncelle, piano et clavecin) puis à la Purcell School of Music à Bushey (composition). Elle joue en duo avec Ballaké Cissoko sur l’album Djourou voir la vidéo. Voir son duo avec Sidiki son fils sur CNN. Sona sort un nouvel album Badinyaa Kumoo. Elle est venue dans la #SessionLive interpréter 2 titres du disque.   Titres interprétés au Grand studio de RFI - Dunoo Live RFI voir vidéo RFI  - Gambia, extrait CD Badinyaa Kumoo voir la vidéo  - Musolou, extrait CD Badinyaa Kumoo  - Kambengwo feat youss Ndour, extrait CD Badinyaa Kumoo  - Ballake Live RFI voir vidéo RFI.    Line Up : Sona Jobarteh (chant, kora, guitare) et Eric Appapoulay (guitare, chant). Son : Benoît Letirant. ► album Badinyaa Kumoo (2022).   Sona Jobarteh à lire sur RFI Musique.  Puis nous recevons Ablaye Cissoko & Cyrille Brotto dans la #SessionLive pour la sortie de l’album Instant. C’est un Cyrille qui, en 1829, inventa à Vienne l’accordéon, quant à la Kora, elle est quasiment synonyme du nom Cissoko. Ablaye Cissoko & Cyrille Brotto, portent en eux un long héritage d’histoire de la musique. Quelque part entre la harpe et le luth, la Kora s’étale en harmoniques, alors que l’accordéon improvise ses chœurs, comme pour ajouter en profondeur, il se joue des silences, des pleins et des vides. Ici, on est bien sûr dans la tradition Mandingue avec l’angélique voix du griot Ablaye Cissoko, «celui qui transmet», mais on est aussi Yann Tiersen, comme si «Amélie Poulain» nous envoyait une carte postale du Sénégal. Une valse entre deux savoirs, une conversation entre deux instruments savants, voilà ce que nous propose cette rencontre. Ablaye Cissoko & Cyrille Brotto, album Instant «Rencontre», ce n’est pas par hasard si cet instrumental se pose au milieu du disque, romantique, comme une ballade dans les rues d’une ville de pierre, une douce conversation entre amis, projetés hors du temps. Depuis 2002, Ablaye Cissoko parcourt le monde avec sa kora et Cyrille aime transmettre aussi son savoir, expliquer sa musique, notamment sur des vidéos pédagogiques sur internet, leur dialogue même sans parole est riche. Et cette fameuse rencontre ? Elle se fait au salon, à la maison, chez Cyrille qui organise un concert d’Ablaye en toute intimité chez lui, pour sa femme et ses amis. Leur complicité est immédiate, c’est cette amitié et cette curiosité de l’autre que l’on entend dans ce disque, chacun adapte sa technique aux codes et aux clés de l’autre. Une aventure humaine qui explore le spleen des déracinés, explique pourquoi le monde ne tourne pas rond, comme Ablaye le chante avec une immense émotion, sur le titre Deme Deme : «Le monde est en pleine mutation. La destruction de l’économie jette les jeunes dans les voies de l’émigration et pourtant ces jeunes sont l’avenir du pays. Il ne nous reste qu’à solliciter les prières de nos mères les racines nourricières de notre société en pleine déstructuration. Que le Très Haut nous vienne en aide…» De l’amitié et de la rencontre, naîtront toujours les plus belles harmonies. Titres interprétés au Grand studio de RFI - N’na Live RFI (instrumental) - Signola, extrait CD Instant - Troisième Z Live RFI voir la vidéo.   Line Up : Ablaye Cissoko, kora, chant, Cyrille Brotto, accordéon. Son : Fabien Mugneret, Benoît Letirant. ► album Instant (Ma Case 2022/Absilone).
    1/15/2023
    48:30

Rádios semelhantes

Sobre RFI - Musiques du monde

Website da estação

Ouve RFI - Musiques du monde, RFI - Radio foot internationale E várias outras estações de todo o mundo com a aplicação radio.pt

RFI - Musiques du monde

RFI - Musiques du monde

Descarregue agora gratuitamente e ouve facilmente o rádio e podcasts.

Google Play StoreApp Store

RFI - Musiques du monde: Podcast do grupo

RFI - Musiques du monde: Rádios do grupo